ConnectABILITY

Se servir de supports visuels

photo of child using a visual sequence

En tant qu’adultes, nous avons tous recours à des aides visuelles au quotidien. Nous nous servons de calendriers, d’emplois du temps, de panneaux indicateurs, de listes de courses, de plans et de bien d’autres choses. L’emploi de repères visuels dans notre environnement nous permet de planifier, de nous organiser et surtout, d’être indépendants. Les matériaux visuels sont tout aussi importants pour les enfants, car ils commencent tout juste à comprendre comment fonctionnent les choses autour d’eux.

Pourquoi les supports visuels aident-ils les enfants à mieux comprendre et communiquer?

  • Alors que les mots disparaissent dès qu’on les a prononcés, les supports visuels demeurent dans le temps et dans l’espace.
  • Les supports visuels attirent et retiennent l’attention.
  • Les supports visuels laissent davantage de temps pour traiter les informations.
  • Les supports visuels aident à mieux retenir les informations.
  • En prononçant les mêmes mots à chaque fois que vous montrez un support visuel, l’enfant pourra apprendre ces mots.

Tout ce que nous voyons et qui nous donne des informations visuelles aidant à la communication est considéré comme un support visuel. Le type de support visuel qui fonctionne le mieux avec chaque enfant particulier dépend de ce qui a de l’importance pour lui. Les supports visuels les plus conseillés sont ceux qui apportent des informations à l’enfant.

Par exemple, les étiquettes placées dans la maison ou la salle de classe indiquent à l’enfant où trouver et où ranger le matériel. Les règles rendent les attentes plus claires pour votre enfant. Les matériaux visuels du type programmes, mini programmes et tableau « D’abord/Ensuite » transmettent également des informations d’une manière logique, structurée et enchaînée. Les tableaux de choix d’activités permettent à votre enfant de faire son choix durant sa séance de jeu.

Les supports visuels mentionnés précédemment peuvent se présenter sous plusieurs formes en fonction des capacités cognitives de votre enfant. Voici des exemples de supports visuels possibles, classés du plus concret au plus abstrait :

  • Les objets – On peut les considérer comme le premier niveau des représentations visuelles; ils incluent les objets physiques (par exemple, lorsque certains enfants voient un sandwich dans les mains de leurs parents ou de leur enseignant, cela leur indique que « c’est l’heure du dîner. »).
  • Les photos couleur – Il s’agit de photos couleur des objets physiques (par exemple, lorsque certains enfants voient la photo d’un bus, cela leur indique que « nous allons à la garderie » OU que « nous rentrons à la maison »).
  • Les photos en noir et blanc – Ce niveau consisterait à utiliser les mêmes photos, mais en noir et blanc.
  • Les dessins au contour couleur – Ce sont des symboles picturaux dont on se sert souvent avec les enfants capables de comprendre à ce niveau d’abstraction.
  • Les dessins au contour noir et blanc – Ce sont également des symboles picturaux qui remplissent le même rôle que les dessins au contour couleur.
  • Figurines – Ce sont des versions miniatures des objets.

Pour les enfants qui commencent juste à apprendre à associer une image à un objet, il est conseillé d’utiliser de grandes images. On peut se servir d’images plus petites lorsque les enfants se sont familiarisés avec les images et ce qu’elles représentent. Vous pouvez aider votre enfant à passer à un format plus abstrait en associant les images et les photos. On peut par exemple coller un petit pictogramme d’un bus sur le coin inférieur de la photo d’un bus pour montrer à l’enfant que tous deux représentent la même chose.

photo of a real bus picture with a small Boardmaker pic on the bottom right corner

Si une série comporte deux images ou plus, la plupart des orthophonistes recommande de les arranger verticalement (de haut en bas) pour les enfants qui commencent tout juste à apprendre comment suivre une séquence, et horizontalement (de gauche à droite) pour les enfants capables de lire..

Astuce : n’oubliez pas de placer les supports visuels au niveau des yeux de votre enfant.

Voici un aperçu de quelques supports visuels que vous pouvez employer :

Des étiquettes à la maison et en classe

  • indiquent où l’on peut trouver les objets,
  • montrent où l’on peut ranger les objets,
  • permettent de se débrouiller seul pour accéder au matériel,
  • permettent à votre enfant de mieux comprendre les supports visuels représentant des objets
  • Comment se servir des étiquettes à la maison ou en classe

    photo of toy box with boardmaker label on it

  • En utilisant un format de support visuel unique, étiquetez différentes pièces (par exemple la chambre à coucher) ou zones (par exemple l’espace personnel de l’enfant).
  • Placez l’image au niveau des yeux de l’enfant.
  • Faites en sorte de toujours imprimer le nom de l’endroit avec l’image.
  • Étiquetez les jouets et les étagères à jouets avec des images représentant les objets en question.
  • Les coffres à jouets et les bacs individuels peuvent être étiquetés, ainsi que l’endroit où ils sont rangés sur l’étagère.

Les règles

  • Permettent de montrer de manière claire et cohérente ce que l’on attend de l’enfant.
  • Lorsqu’elles sont placées à un endroit accessible, on peut les consulter chaque fois que c’est nécessaire, comme par exemple lorsque votre enfant semble ne pas comprendre ce que l’on attend de lui.

Comment se servir des règles

  • Établissez les règles principales en discutant avec votre ou vos enfant(s), et avec d’autres personnes.
  • Employez une formulation positive pour énoncer les règles en matière d’attitude (par exemple : « Marche » plutôt que « Ne cours pas »).
  • Affichez la règle dans un endroit visible au niveau des yeux de l’enfant.
  • Montrez la règle affichée à l’enfant lorsqu’il ne la respecte pas.

Les programmes

  • Soulagent quelque peu l’anxiété de votre enfant.
  • Permettent à votre enfant de mieux comprendre et coopérer.
  • Donnent à votre enfant des informations sur :
    • les activités régulières ayant lieu ce jour-là,
    • l’enchaînement des futurs évènements,
    • les nouvelles activités qui vont avoir lieu,
    • ce qui ne se produit pas,
    • le moment où il faut arrêter une activité et en démarrer une autre.

photo of schedule with boardmaker pics of  breakfast, school, home, swimming, dinner, bedtime

Quels supports visuels employer

  • Employez six ou sept supports visuels au maximum dans une séquence.
  • Identifiez des moments de la journée se démarquant manifestement les uns des autres (par exemple un changement d’endroit ou d’activité).
  • Choisissez des symboles suffisamment généraux pour englober toutes les possibilités que l’activité peut représenter (par exemple : « l’heure du dîner » plutôt qu’un aliment précis).
  • Étiquetez les images avec les mots exacts que vous et les autres employez pour désigner cette activité.

Où afficher un programme

  • Installez le programme dans un endroit visible où l’on peut le consulter facilement (par exemple sur le bureau de l’enfant en classe ou dans sa chambre à coucher).
  • Faites en sorte qu’il soit accessible pour que l’enfant puisse le consulter de lui-même.

Comment se servir d’un programme

  • Choisissez un ou des moment(s) précis dans la journée pour passer les images en revue avec votre enfant et les nommer dans l’ordre.
  • Retirez chaque image une fois l’activité terminée (par exemple : l’heure du goûter est terminée).
  • Montrez l’image de l’activité suivante, surtout si votre enfant ne veut pas changer d’activité (par exemple, range, ensuite va dehors).
  • Indiquez les changements de la routine ordinaire en changeant les images et en décrivant le changement (par exemple : pas de garderie, aujourd’hui nous restons à la maison).

Les mini programmes

  • Complètent le programme quotidien.
  • Dirigent les choix ou les enchaînements d’activités.
  • Sont souvent plus détaillés que les programmes, et servent donc à enseigner des aptitudes précises.

Comment se servir d’un mini programme

Wash Hands Routine

  • Placez des mini programmes dans les endroits de la maison où des informations supplémentaires sont nécessaires (par exemple, un mini programme « se laver les mains » au-dessus du lavabo, ou un mini programme « salle de bain » près des toilettes).
  • Utilisez des images des principales étapes de requises la tâche (par exemple : fais couler l’eau, savonne-toi, lave-toi les mains, éteins le robinet, sèche-toi les mains).
  • Présentez à votre enfant le mini programme durant l’activité dont il décompose les étapes précises.
  • Montrez chaque image du doigt et prononcez les mots associés à l’étape au fur et à mesure de l’enchaînement.
  • Employez un langage cohérent en insistant sur les mots les plus importants (par exemple : savonne-toi)

Les tableaux D’abord/Ensuite

  • Enseignent des enchaînements logiques d’évènements (par exemple : « D’abord tu nettoies, ensuite tu vas dehors »).
  • Clarifient visuellement les instructions étape par étape.
  • Aident l’enfant à développer ses aptitudes en le motivant pour effectuer une activité qu’il apprécie moins en sachant qu’elle sera suivie d’une activité qu’il apprécie plus.

Comment se servir d’un tableau D’abord/Ensuite

image of First/Then board

  • L’image « D’abord » représente toujours une activité que vous souhaitez voir votre enfant effectuer, telle une action de transition ou une activité développant une aptitude.
  • L’image « Ensuite » représente une activité ou un objet que votre enfant apprécie, et appuie ainsi l’image D’abord.
  • Montrez le tableau D’abord/Ensuite à votre enfant et prononcez le nom des activités en montrant les images du doigt.
  • Aidez votre enfant à effectuer l’enchaînement.

Les tableaux de choix

  • Indiquent les options disponibles.
  • Peuvent servir à diversifier les intérêts de votre enfant en matière de jeu.
  • Signalent à votre enfant qu’il lui faut faire une demande ou un choix.
  • Rendent plus clair le langage parlé.

Comment se servir des tableaux de choix d’activités :

  • Si vous employez le tableau de choix pour diversifier les intérêts de votre enfant en matière de jeu, placez-y des images d’activités qu’il ne choisit habituellement pas.
  • Si votre but est d’encourager votre enfant à effectuer des choix d’une manière indépendante, placez des images d’activités ou de jouets qu’il préfère et une image d’une activité qu’il aime moins, pour s’assurer qu’il choisisse entre les deux.
  • Commencez par placer sur le tableau 2 images d’activités possibles parmi lesquelles faire un choix, et augmentez progressivement le nombre d’images.
  • Votre enfant peut exprimer son choix par vocalise, communication verbale ou geste.
  • Offrez tout de suite à votre enfant l’activité, l’objet ou l’aliment qu’il vient de choisir afin d’appuyer le fait d’avoir choisi.

En classe :

Il existe deux sortes de tableaux de choix d’activité :

  1. À l’échelle de la classe – il s’agit en général d’un tableau muni de poches à activités où chaque enfant place un carton avec son nom dans la poche correspondant à son activité souhaitée. On peut décliner ce concept de différentes manières. Le tableau peut comporter un nombre suffisant de morceaux de velcro pour le nombre d’enfants pouvant occuper chaque zone de jeu de la classe. Il peut également être muni de poches portant le nom de chaque enfant pour y placer une carte d’activité. Certains enseignants peuvent employer cette méthode pour faire choisir aux enfants leur première activité lorsque la séance de cercle prend fin. D’autres peuvent demander aux enfants de transférer leur carton personnel d’activité en activité tout au long de la journée.
  2. À l’échelle individuelle – le tableau comporte quelques activités possibles. Les choix peuvent avoir pour but d’élargir le répertoire de jeux de votre enfant (et ainsi proposer certaines activités qu’il ne choisit pas habituellement), ou bien l’encourager à exprimer un choix (et ainsi proposer des activités qu’il apprécie déjà). Si votre enfant apprend simplement à effectuer un choix, il faudrait également inclure le choix d’une activité qu’il apprécie moins, pour le pousser à faire un choix. Votre enfant peut exprimer son choix par vocalise, communication verbale ou geste. Offrez tout de suite à votre enfant l’activité, l’objet ou l’aliment qu’il vient de choisir afin d’appuyer le fait d’avoir choisi.

Les tableaux des chansons de la séance de cercle

photo of child using a song choice board with teacher

  • Donnent l’occasion d’effectuer un choix de manière indépendante.
  • Aident à retenir l’attention.
  • Emploient un langage cohérent et répétitif.
  • Développent les aptitudes de compréhension et de communication verbale de votre enfant.

Comment se servir des tableaux de choix de chanson

  • Procurez-vous des accessoires ou des images évoquant quelques-unes des chansons préférées de votre enfant.
  • Fabriquez un tableau où l’on pourra fixer les accessoires et/ou les images à l’aide de ruban adhésif ou de velcro.
  • Prononcez le nom des chansons représentées sur le tableau et demandez à l’enfant : « Tu préfères « Ah vous dirais-je maman » ou « L’araignée Gipsy ».?
  • Si votre enfant communique de manière non verbale, il peut désigner la chanson de son choix par déplacement du regard, en la montrant du doigt ou par un geste.
  • Si votre enfant a recours au langage parlé, il peut prononcer le nom de l’objet correspondant à la chanson de son choix.
  • Enlevez et brandissez l’accessoire ou l’image bien en vue de l’enfant pendant que l’on chante la chanson.
  • Retournez ou rangez l’accessoire ou l’image lorsque la chanson est terminée.

Ayez recours à quelques-uns de ces supports visuels à la maison ou en classe pour stimuler les capacités cognitives de votre enfant et l’aider à mieux communiquer avec les autres.

Références :

Hogdon, L. (1995). Visual Strategies for Improving Communication (Stratégies visuelles pour améliorer la communication). Quirk Roberts Publishing.


Laisser un commentaire