ConnectABILITY

Évaluer les besoins et surmonter les obstacles

Lorsque l’on construit un projet, le plus excitant est de rêver, de mettre au point des objectifs et de lancer des idées sur toutes les possibilités qui motivent une personne. L’envers de la médaille (souvent moins excitant) reste l’évaluation des besoins quotidiens de la personne, et la manière de s’y adapter et de surmonter les obstacles. Même si cette partie ne nécessite pas autant de temps lorsque l’on met en place un projet, elle reste très importante pour pouvoir identifier et prévoir les soutiens lorsque l’on recherche des opportunités.

Chaque personne a des besoins différents. Ces quelques exemples peuvent vous aider à y réfléchir.

Les routines quotidiennes :

Il est important de réfléchir à la routine quotidienne existante d’une personne lorsque l’on recherche et que l’on planifie des opportunités potentielles.

Posez-vous un certain nombre de questions lorsque vous réfléchissez à la routine quotidienne de quelqu’un :

  • La personne suit-elle une routine quotidienne structurée?
  • Comment la personne s’adapte-t-elle aux changement dans sa routine? Quel est le degré de préparation nécessaire pour lui faire accepter un changement dans sa vie quotidienne?
  • Quel moment de la journée lui convient le mieux?
  • Quelles sont les considérations médicales qui affectent sa routine? Si par exemple la personne est diabétique, elle peut avoir besoin de manger à certains moments de la journée ou plus fréquemment dans la journée.

Si vous prenez en compte ces facteurs, il y aura plus de chances pour que l’opportunité qui s’annonce ne perturbe pas la routine existante.

La durée :

Lorsque l’on considère de nouvelles opportunités, il est important de prendre en considération l’endurance physique de la personne, ainsi que sa capacité à se concentrer. Peut-être que sa condition physique ne lui permettra d’effectuer que des périodes de travail de 2 à 4 heures, plutôt qu’une journée de travail de 8 heures. Si la personne se lance dans une nouvelle activité, l’objectif est d’en faire une expérience aussi agréable et réussie que possible, plutôt que de vouloir à tout prix faire une journée de travail complète.

Les transports :

Il est également important de savoir comment la personne va se déplacer d’un point A à un point B lorsque l’on réfléchit à l’activité et au lieu le plus approprié. Il faut bien y réfléchir avant de valider la nouvelle opportunité. Même si celle-ci a l’air très intéressante, ce n’est peut-être pas l’option idéale si vous ne savez pas comment la personne va s’y rendre et en revenir.

Posez-vous les questions suivantes :

  • Y a-t-il quelqu’un qui peut amener la personne à l’activité et la ramener?
  • La personne est-elle capable de prendre les transports en commun?
  • Aura-t-elle besoin d’une formation pour prendre les transports en commun?
  • L’activité est-elle accessible par les transports en commun?
  • La personne aura-t-elle besoin d’un service de type Wheeltrans?
  • La personne aura-t-elle besoin d’un employé de soutien pour faire les trajets avec elle? Peut-elle s’offrir ce service?

Les questions de sûreté et de sécurité :

Réfléchissez au type d’activité dans laquelle la personne va s’impliquer. Si ce travail se passe dans une grande surface, la formation inclura-t-elle la manipulation de caisses lourdes? Si c’est le cas, la personne est-elle capable de soulever des objets lourds? Sera-t-elle en contact avec des matières dangereuses? Si oui, l’organisme de placement professionnel ou de bénévolat offre-t-il une formation?
Une autre question de sûreté et de sécurité recoupe le dernier sujet abordé : les transports. Si la personne se déplace seule à l’extérieur, sait-elle se servir d’une cabine téléphonique si quelque chose se passe mal? Sait-elle à qui s’adresser si elle a des problèmes (policiers, personnel des transports en commun)?

Comme vous pouvez le constater, il est nécessaire de considérer plusieurs questions importantes avant de se lancer dans une nouvelle activité. Faire ses premiers pas à l’extérieur dans la communauté peut sembler très impressionnant, mais si l’on prépare correctement la transition et que l’on pense à tout, la personne se rendre vite compte combien cette expérience peut se révéler sécuritaire et enrichissante.

Formation et soutien :

En outre, vous devez bien réfléchir aux formes de soutien dont la personne aura besoin avant de commencer sa nouvelle activité. Très souvent lorsque l’on s’engage dans un placement professionnel ou bénévole, il est nécessaire de recevoir un soutien et un accompagnement initial pour s’assurer que la personne reçoive une formation individuelle dans le domaine où elle va travailler comme employée ou bénévole. Une fois que la formation a commencé, le personnel de soutien peut évaluer le temps nécessaire à la période de soutien. Certaines personnes vont seulement avoir besoin d’un soutien initial qui va s’estomper au fil du temps, tandis que d’autres devront recevoir de l’aide tout au long de leur placement. Ce soutien peut également se révéler nécessaire pour une activité de loisirs, pour y accéder ou pour la pratiquer. Le besoin de soutien se fait clairement sentir lorsque l’on décide d’une activité. Une fois que vous avez déterminé le type de soutien requis, vous pouvez vous pencher sur les ressources disponibles pour cette opportunité.

Niveau de formation nécessaire :

Il est toujours judicieux de réfléchir au type de formation proposé dans une activité, en particulier lorsqu’il s’agit d’un placement professionnel ou bénévole. Certains postes de bénévole nécessitent une orientation pour le bénévole ainsi qu’une vérification policière avant la prise de fonctions. La vérification policière peut parfois prendre jusqu’à 6 semaines, ce qui signifie que la date de début du travail devra être remise à plus tard.

Accessibilité :

Il est également important de se rendre sur les lieux de l’activité pour voir à quoi ressemble l’environnement de travail et poser les bonnes questions. Le lieu de travail doit être accessible par tous les moyens requis.

Aspects à examiner :

  • La personne peut-elle accéder à l’édifice depuis l’extérieur?
  • L’édifice est-il muni de rampes et d’ascenseurs?
  • L’édifice est-il muni de toilettes d’accès facile?

Si tous les aspects susmentionnés ont été considérés, vous aurez fait en sorte que tous les besoins de la personne ont bien été pris en considération.

Résoudre les problèmes :

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise manière de résoudre un problème pour surmonter des obstacles potentiels. Peut-être pouvez-vous participer à une réunion de suivi (avec les personnes ayant participé à la réunion de planification) une fois que les décisions sur les activités potentielles ont été prises. Si cette réunion a lieu, dressez une liste des obstacles potentiels et faites un tour de table pour savoir qui peut faire en sorte de surmonter ces obstacles. Cela peut se résumer à un coup de fil, une visite sur le lieu de travail ou quelqu’un sur place qui pourrait aider la personne dans son activité. Comme nous l’avons évoqué précédemment, il se pourrait très bien que l’une de ces activités ne convienne tout simplement pas à la personne. Cela signifie juste qu’il est temps de considérer une alternative. Les épreuves et les erreurs sont la meilleure manière de se rendre compte de ce qui marche et de ce qui ne marche pas.

La vie peut vous réserver bon nombre d’obstacles lorsque l’on fait des projets d’avenir, mais on peut tout à fait les surmonter en réfléchissant soigneusement et en obtenant l’aide d’un solide réseau de soutien.


Laisser un commentaire